iconTop iconTop
choeur
EGLISE NOTRE-DAME DE LA NATIVITÉ
 

MORET-SUR-LOING

En 1630, l'historien du gatinais, D. Morin décrit ainsi l'ancien état de la ville : Elle est d'une assiette assez forte et bien bâtie de belles maisons. Il y a trois portes à cette ville : celle de Paris, du Pont de Loing et la porte d'Orléans. Aujourd'hui son vieux chateau ne présente que des ruines pittoresques et une des portes a été détruite.
Ce fut dans le château de Moret que le surintendant Fouquet resta prisonnier pendant les trois années de son procés.
Près de la ville, du côté de la Porte du pont, était un prieuré nommé Pont-Loup, dont l'église s'enorguellissait de posséder un doigt et un œil de Saint Blaise, et le chef de Saint Julien. Vendue à la révolution, cette église sert aujourd'hui à des ouvrages profanes. Un peu plus loin, se trouvait le prieuré de St-Mamert, ou venaient porter leurs offrandes les personnes travaillées de la rage, qui s'en trouvaient guéries.
Selon M. de Saint-Simon, il y avait un couvent dans lequel était une Mauresse inconnue à tout le monde, où elle avait été mise toute jeune et pour laquelle on versait une grosse pension tous les ans. On prétendait qu'elle était la fille du roi et de la reine, mais que sa couleur l'avait fait cacher et publier que la reine avait fait une fausse couche.

Source : L'Antique et royale cité de Moret-sur-Loing par M. l'abbé Alexandre Pougeois. 1928
blason de Moret-sur-Loing

Eglise Notre-Dame de la Nativité

L'église paroissiale de Moret, sous l'invocation de Notre-Dame, remonte à celle de N.D. de Paris. Elle a été bâtie par Louis-le-Jeune et dédiée, en 1166, par le fameux Thomas Becket, archevêque de Cantorbery alors en exil à Sens.

L’abside sans déambulatoire, le chœur et le transept construits au XIIIe siècle sur trois niveaux s’inspirent de la cathédrale Notre-Dame de Paris. La nef fut érigée au XIVe siècle. La dernière travée, la façade et le portail du XVe siècle sont de style gothique flamboyant. Une tour clocher richement décorée fut alors ajoutée sur la face nord du chœur : malheureusement, les assises étant insuffisantes pour un tel poids, le clocher penchait dangereusement et l’on dut, en 1697, combler les ouvertures intérieures pour éviter l’effondrement du chœur.

L'ample verrière rayonnante du transept révèle un art parvenu à son accomplissement au milieu du XIIIe siècle. Aucune innovation n'apparaît plus dans la nef construite au XIVe siècle.

L'EXTÉRIEUR

Eglise Notre-Dame de la Nativité - Moret-sur-Loing 77<br>tour-clocher (côté nord)
tour-clocher (côté nord)
Eglise Notre-Dame de la Nativité - Moret-sur-Loing 77<br>parvis et côté sud
parvis et côté sud
Eglise Notre-Dame de la Nativité - Moret-sur-Loing 77<br>le chevet
le chevet
Eglise Notre-Dame de la Nativité - Moret-sur-Loing 77<br>le petit ménestrel
le petit ménestrel
Eglise Notre-Dame de la Nativité - Moret-sur-Loing 77<br>côté sud
côté sud
Eglise Notre-Dame de la Nativité - Moret-sur-Loing 77<br>chevet et tour-clocher
chevet et tour-clocher

le portail

Portail
Vierge à l'enfant - Portail
Vierge à l'enfant - Portail
Portail - la vigne
Eglise Notre-Dame de la Nativité - Moret-sur-Loing 77<br>Portail
Portail
Portail (détail)
Portail (détail) - le fou Portail (détail) - l'escargot
Portail (Sainte Anne)

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Transept
Christ en croix (XVIe siècle)
Christ en croix (XVIe siècle)
Horloge
la nef - Eglise Notre-Dame de la Nativité - Moret-sur-Loing 77

la grande verrière

L'explosion du pont, le 24 août 1944, a fait disparaître la quasi totalité des vitraux. Seuls quelques fragments des anciens vitraux ont subsisté.
La grande verrière de l'église Notre-Dame de la nativité date de 1956. Comme celle de de la collégiale Notre-Dame et Saint Loup de Montereau-Fault-Yonne, elle est due à Albert Bray (Architecte) et Henri Bray (maître verrier)

la grande verrière de l'abside
Saint Raphaël Archange
St Raphaël
Joseph
Joseph
Saint Michel archange
St Michel
Marie
Marie
Saint Gabriel archange
St Gabriel
Jean
Jean
Albert, Henri BRAY

quelques fragments de vitraux ont subsisté après les destructions de la guerre.

agneau mystique
armoiries papales
J.H.S. Iesus Homo Salvator
sacré-cœur
vitrail de la sacristie
vitrail de la sacristie
détail du vitrail du portail
détail du vitrail du portail

l'ambon et les évangélistes

après la réforme de Vatican II (en 1962), la chaire à prêcher a été supprimée. Une partie de la chaire a été réutilisée comme décor de l'ambon.
la nef et la chaire à prêcher
l'ambon
Saint Luc
Saint Luc
Saint Jean
Saint Jean
Saint Marc
Saint Marc

...

Chapelle du sacré-cœur
Chapelle du sacré-cœur
Sacré-cœur
Sacré-cœur
l'oratoire
l'oratoire

les chasses

Avant la révolution, l'église de Moret était en possession de trois châsses qui renfermaient de précieuses reliques.
La première châsse contenait les reliques de saint Bonose, de saint Juste et de saint Prix ... et remontait à l'année 1719 ...
La deuxième châsse, en bois doré, avait été achetée par la fabrique, en 1750, pour réunir ensemble toutes les nombreuses et précieuses reliques que possédait l'église à cette époque.
La troisième châsse, dite de saint Blaise, renfermait outre les reliques de ce saint martyr, des ossements de saint Julien, de saint Prix et de Marie-Madeleine, et était l'objet d'un grand concours de peuple, à Pont-Loup, le 3 février, fête de saint Blaise. On y invoquait particulièrement ces saints contre la rage, et on mettait sous la protection de saint Blaise, les jeunes enfants. Les faveurs qu'on obtint donnèrent naissance au pélerinage du 3 février.
.
Cette châsse qui appartenait à l'église de Pont-Loup fut, lors de la suppression du prieuré, transférée dans l'église paroissiale.
L'authenticité des reliques des deux premières châsses, appuyée sur les témoignages des anciens et sur divers procès-verbaux placés sous scellés dans les châsses mêmes, n'a jamais pu faire l'objet du moindre doute. Il n'en fut pas de même de l'ancienne châsse de Pont-Loup. Comme on y trouva aucun certificat d'authenticité, l'évêque de Meaux, Mgr Allou, par un excès de scrupule, ordonna au curé de Moret, en 1858, de déposer respectueusement ces ossements dans le cimetière, comme l'atteste une déclaration signée de M. Ytasse, curé, qui mit à exécution l'ordre épiscopal.
source : L'Antique et royale cité de Moret-sur-Loing : Seine et Marne / par M. l'abbé A. Pougeois
«châsse gauche»<br />Eglise Notre-Dame - Moret-sur-Loing 77 «châsse droite»<br />Eglise Notre-Dame - Moret-sur-Loing 77

les frises

frise sourire de l'ange visage de femme

la porte sculptée (XVe siècle)

bas-côté sud
Evêque  -  Ste Barbe  -  St Nicolas
Evêque - Ste Barbe - St Nicolas
Ste Apolline  -  St Jean-Baptiste  -  Ste Catherine d'Alexandrie
Ste Apolline - St Jean-Baptiste - Ste Catherine d'Alexandrie

Jérôme de Stridon (347-420)

Jérôme de stridon

Jérôme de Stridon, saint Jérôme (en latin, « Eusebius Sophronius Hieronymus Stridonensis »), né vers 347 à Stridon, à la frontière entre la Pannonie et la Dalmatie (actuelle Croatie) et mort le 30 septembre 420 à Bethléem

Il est ordonné prêtre à Antioche. En 383, le pape Damase Ier le choisit comme secrétaire et lui demande de traduire la Bible en latin.

Sa traduction de la Bible constitue la pièce maîtresse de la Vulgate, traduction latine officiellement reconnue par l'Église catholique. Il est considéré comme le patron des traducteurs en raison de sa révision critique du texte de la Bible.

l'autel de la Vierge

Autel de la Vierge

Avant la révolution, l'autel de la Vierge se trouvait dans l'abside au fond du chœur depuis 1702. L'emplacement actuel masque ainsi une porte latérale dite porte de Saint Mammès.

Vierge à l'enfant
Vierge à l'enfant
Autel de la Vierge
Autel de la Vierge

l'autel de Saint Vincent

autel de Saint Vincent
Saint Vincent (détail) détail : l'église de Moret, dans un décor montagneux
détail : l'église de Moret, dans un décor montagneux
Saint Vincent, protecteur des vignerons
Saint Vincent, protecteur des vignerons

...

verrière du transept

les apôtres (colonnes de la nef)

Sur les huit colonnes de la nef montant à la voûte, à hauteur des arcades, des figures d'apôtres sont peintes sur des cartouches. Chacun des apôtres est reconnaissable à ses attributs (le coq pour Pierre, l'épée pour Paul, la scie pour Simon, ...).

André
André
Matthieu
Matthieu
Barthélémy
Barthélémy
Paul
Paul
Jacques-le-majeur
Jacques
Pierre
Pierre
Jean
Jean
Simon
Simon
la nef

l'orgue renaissance

La tribune qui supporte l’orgue accroché au mur sud du fond de la nef a été construite à la fin du 15ème siècle. Le buffet Renaissance quant à lui a été construit sous Henri II, entre 1530 et 1540. On ne sait rien de l’instrument de l’époque.
En 1664, le facteur parisien François du CASTEL réalise un orgue neuf dans le buffet historique. C’est un instrument de 15 jeux sur un clavier et pédalier en tirasse. En 1690, un relevage est effectué par un certain Alexandre LAURENT. Après la révolution, le délaissement et le vandalisme eurent raison de l’instrument dont le reliquat de la tuyauterie fut vendu en 1870.
Dans les années 1980, la municipalité a demandé un rapport sur les possibilités de restauration de l’instrument. En 1993, le buffet a été transféré dans les ateliers du facteur Michel GIROUD à Bernin (Isère), grand spécialiste de la restauration historique d’instruments de cette époque. La mécanique a été reconstituée. La tuyauterie a été entièrement construite au modèle de la facture de cette époque. La soufflerie a été reconstruite avec deux soufflets cunéiformes et le buffet polychrome a été entièrement restauré en 2000. La tribune a été restaurée et consolidée en 1997. Enfin en début 2002, l’instrument a retrouvé sa place. Il a été inauguré le 26 mai 2002.
orgue renaissance
orgue renaissance orgue renaissance

...

les stalles du chœur
les stalles du chœur
piscine du chœur
piscine du chœur
Baptistère
Baptistère

Alfred Sysley et l'église Notre-Dame

Alfred Sysley (1839/1899) qui vécut à la fin de sa vie à Moret-sur-Loing a représenté douze fois l'église Notre-Dame sous le même angle, soit un motif par mois en 1893-1894.

Alfred Sysley - Eglise Notre-Dame - Moret-sur-Loing 77
Alfred Sysley - Eglise Notre-Dame - Moret-sur-Loing 77
Alfred Sysley - Eglise Notre-Dame - Moret-sur-Loing 77

images d'hier

la nef et la chaire à prêcher<br>Eglise Notre-Dame - Moret-sur-Loing 77
des grilles séparent la nef des bas-côtés<br>Eglise Notre-Dame - Moret-sur-Loing 77
le portail<br>Eglise Notre-Dame - Moret-sur-Loing 77
le lutrin (volé)<br>Eglise Notre-Dame - Moret-sur-Loing 77
page suivante
Eglise Notre-Dame de la Nativité - Moret-sur-Loing 77
longitude = 2.818075
latitude = 48.371967
altitude = 55 m
logo home