iconTop iconTop
choeur
EGLISE N.D. DE TOUTES LES PROTECTIONS
source : seminaria.fr

CHAMPAGNE-SUR-SEINE

Outre ses deux églises catholiques, Champagne-sur-Seine possède une chapelle russe de confession orthodoxe, témoignage de son passé industriel et du recours à une population immigrée en provenance de Russie.


En 1938, sur un coteau dominant le fleuve, la ville de Champagne-sur-Seine voit s’édifier une petite église orthodoxe.

L'église Notre Dame de toutes les protections

La première « Colonie Russe » s'établit à Champagne-sur-Seine vers 1920, pour fournir de la main d'oeuvre aux usines Schneider. Elle comptait alors une vingtaine de familles.

Naturellement, les russes se regroupaient de façon informelle pour organiser les loisirs : promenades, fêtes, formation d'un orchestre. Croyants fervents, ils se rassemblaient dans un local pour célébrer les principales fêtes orthodoxes.
En 1934, ils se regroupèrent en association sous la présidence de Monsieur Poupkoff.
En 1937, la colonie propose la création d'une église. Les exilés russes construisent avec courage, volonté, générosité et passion leur lieu de culte. Chaque famille versa, selon ses moyens, une somme permettant l'achat du terrain et des matériaux. Commencés le 14 mai 1938, les travaux furent achevés le 24 septembre 1939.

Dans les années 70, les rangs de la « colonie » s’étant sensiblement raréfiés, l’existence de la petite bâtisse blanche à la coupole bleue ne tenait plus qu’à un fil de mémoire sacrée. En 1980, la colonie russe s’éteint. Elle lègue à la ville de Champagne l’église orthodoxe pour en faire un musée. La « vieille garde » rejoignait les ancêtres, la jeune partait vers d’autres horizons.

L'EXTERIEUR

parvis

l'iconostase

L'iconostase est essentielle au rite orthodoxe : elle sépare les fidèles assemblés dans la nef, du chœur, lieu sacré, réservé au prêtre.

partie haute : l'annonciation<br/>partie centrale : six patriarches<br />partie basse : les quatre évangélistes
partie haute : l'annonciation
partie centrale : six patriarches
partie basse : les quatre évangélistes
Jésus bénissant
Jésus bénissant
?
Archange Gabriel
Archange Gabriel

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Saint Georges

Saint-Georges

Au IVe siècle, tous les sujets de l'empereur Dioclétien sont instamment invités à offrir des sacrifices aux dieux de l'empire. A Lydda, en Palestine, un officier, originaire de Cappadoce, refuse. Il est exécuté pour refus d'obéissance.
Ce dont on est sûr, c'est qu'au IVe siècle l'empereur Constantin lui fait édifier une église à Constantinople. Cent ans après, on en compte une quarantaine en Égypte. On les voit s'élever en Gaule, à Ravenne, et en Germanie.
Au XIe siècle prend naissance la légende de la lutte victorieuse de Saint Georges contre un dragon malveillant qui symbolise le démon.

Il est l'un des rares saints chrétiens également honorés dans la culture musulmane, qui le considère comme un prophète dénommé «Al khodr»

La Russie l'a adopté comme principal emblème de ses armoiries et le premier des ordres militaires porte son nom.

Chant de l'exilé

« Ami qui est à l'étranger
Prie, prie pour ton pays natal
Prie pour tous ceux qui te sont chers,
pour que Dieu les préserve.
Bien que privés maintenant
De notre terre et de notre pays.
Nous croyons que viendra le temps
Où le soleil pour nous brillera. »

77 Champagne-sur-Seine - Eglise Notre-Dame de toutes les protections
© OpenStreetMap
longitude = 2.805465
latitude = 48.392107
altitude = 77 m
logo home