iconTop iconTop
Eglise Sainte Odile - Paris (17)
ODILE DE HOHENBOURG
Eglise Sainte Odile - Paris (17)

Odile de Hohenbourg

Eglise Notre-Dame de Clignancourt - Paris (18)
Eglise Notre-Dame de Clignancourt
Paris (18)

La vie d'Odile de Hohenbourg, en partie légendaire, est connue par un texte anonyme écrit peu avant 950. Odile (née vers 662 à Obernai), décédée vers 720 à Hohenbourg, était la fille du duc d’Alsace Adalric (connu aussi sous le nom tudesque d’Ethic ou Etichon) et de Berswinde, nièce de saint Léger.

Son père attendant un hériter mâle est si violent qu'Odile, qui est née aveugle et donc déshonore sa famille, doit mourir. Mais Bereswinde, la femme d’Adalric, confia Odile à une nourrice qui l’éleva pendant douze ans, avant de l’envoyer au monastère de Balme (aujourd’hui Baume-les-Dames, situé entre Besançon et Montbéliard).

L’enfant n’était pas encore baptisée. Or saint Erhard, un moine irlandais, itinérant en Bavière, eut une vision dans laquelle Dieu lui ordonnait de se rendre à Baume-les-Dames afin de procéder à ce baptême. Ce qu’il fit quelques jours plus tard et, au moment où l’huile sainte touchait les yeux d’Odile, celle-ci retrouva la vue. C'est aussi à ce moment qu'elle reçoit le nom d'Odile, qui signifie « fille de la lumière »

Le miracle fit grand bruit, mais ne calmait toujours pas Adalric. Loin de se réjouir, lorsqu’Odile revint le voir accompagnée de son frère Hugues, il se mit dans une telle fureur qu’il tua ce dernier. Plus tard, il se repentit et donna à Odile son château de Hohenbourg, qu’elle transforma en monastère. Le château étant construit sur une montagne, beaucoup de fidèles, notamment les malades, pouvaient difficilement y accéder. Odile fit construire pour eux un second établissement appelé Niedermünster, autrement dit le monastère d’en bas.

représentation

Odile de Hohenbourg apparaît toujours en robe d'abbesse bénédictine, ce qui la distingue de Lucie de Syracuse, et parfois avec un manteau d'hermine, rappelant son ascendance royale racontée dans sa légende. Elle figure tenant la crosse d'abbesse et le livre de la Règle bénédictine, sur lequel sont disposés deux yeux

La fête de Sainte Odile a longtemps été célébrée le 13 décembre, qui était aussi la fête de sainte Lucie, elle aussi invoquée pour guérir les maladies oculaires. On a préféré reporter la fête d'Odile au 14 décembre, pour distinguer les deux fêtes.
Elle est la patronne de l'Alsace.

Eglise Ste Odile - Paris (17)
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Eglise Ste Odile
Paris 17
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Eglise Sainte Odile - Paris (17)
Portail de l'église Sainte Odile - Paris (17)
Sainte Odile est introduite au Paradis par la Vierge.

Vitrail de la vie de Ste Odile - Eglise Ste Odile - Paris (17)

Eglise Ste Odile - Paris (17)
A sa naissance, Odile nait aveugle. Son père veut la tuer
Eglise Ste Odile - Paris (17)
A son baptême, Odile recouvre la vue
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Son frère la fait venir au chateau de son père
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Fureur du père qui tue son fils sous les yeux d'Odile
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Son père l'accueille
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Odile refuse de se marier et s'enfuit
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Odile reçoit de son père le chateau de Hohenbourg
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Mort d'Odile
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Sainte Odile, patronne de l'Alsace
Eglise Ste Odile - Paris (17)
Ste Odile rend la vue à un enfant