le chemin de croix le tympan autel de la Vierge logo home
choeur
EGLISE SAINT LAURENT

LA TOMBE

Dans la Gaule romaine, bassos signifie « le bas pays » et tumba désigne « la butte » séparant la Seine de l'Yonne, avant le confluent.

Vers 772, Charlemagne fait de La Tombe un fief dont il confie la seigneurie à l'abbesse de Faremoutiers. Sur la rive gauche du fleuve, l'abbesse fonde un prieuré dédié à Notre-Dame.
La communauté religieuse est dissoute en 1350, à la suite de l'épidémie de peste noire. Demeurant « dame de Latombe », l'abbesse continue d'exercer ses droits sur le fief, et le prieuré prend le nom de « grange de Faremoutiers ».
En 1404, une assemblée de notables se tient à La Tombe en vue de trouver un arrangement entre le Dauphin et le duc de Bourgogne. Ce dernier est assassiné en 1419 sur le pont de Montereau.

Jusqu'à la Révolution, la paroisse relève de l'archevêché de Sens. Mais, à partir de 1790, la commune fait partie du district de Provins. Un grand bourgeois parisien, Louis Jeunesse, devient alors propriétaire des anciennes terres féodales.
Après la bataille de Montereau le 18 février 1814, le village est pillé par l'armée wurtembergeoise en déroute. L'exode paysan et la Première Guerre mondiale le dépeuplent ensuite.

Source : Pôle missionnaire de Montereau

L'église Saint Laurent

L'église est à l'origine voisine de la chapelle du prieuré. Reconstruite au XIXe siècle, elle conserve du XIIe siècle le tympan du portail et une statuette en bois de saint Nicolas que vénèrent les mariniers.
Insérées dans le pavage de la nef, deux dalles portent les épitaphes du chevalier Christophe de Boissy, décédé en 1652, et du sieur Dufour, curé de 1763 à 1781.

L'EXTÉRIEUR

parvis

le chemin de croix

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Jésus est condamné
Jésus est chargé de sa croix
Jésus tombe pour la première fois
Jésus rencontre sa mère
Simon le cirénéen aide Jésus à porter sa croix
Sainte Véronique essuie le visage de Jésus
Jésus tombe pour la seconde fois
Jésus rencontre les femmes de Jérusalem
Jésus tombe pour la troisième fois
Jésus est dépouillé de ses vêtements
Jésus est cloué sur la croix
Jésus meurt sur la croix
le corps de Jésus est remis à sa mère
Jésus est mis au tombeau
Ce chemin de croix a été réalisé par Claude Schubbang, artiste alsacien qui, en 1946, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, confie sa souffrance au Christ. Les soldats bottés et ceinturés, au costume brun, sont ceux des Sections d'assaut d'Hitler qui précèdent les SS défilant dans les rues de Paris, le héraut jubile au son de la trompette funèbre. Simon de Cyrène soutient la croix du Sauveur qui est vêtu de blanc en promesse de la Résurrection.

le tympan (portail)

À travers les lobes du tympan, le nombre cinq manifeste la perfection humaine s'inscrivant la tête vers le ciel, les bras et les jambes étendus. La main gauche levée, bénissant ceux qui pénètrent dans l'église, invoque les forces de la Trinité figurée par la Croix et la couronne.

Pour Hildegarde de Bingen, le nombre 5 est le symbole de l'Homme, celui-ci se divisant, dans le sens de la longueur autant que dans celui de la largeur (bras écartés), en cinq parties égales, et de la sorte pouvant s'inscrire dans un carré parfait.

autel de la Vierge

Vierge à l'enfant
Autel de la Vierge

Saint-Nicolas (patron des mariniers)

...

Saint Laurent
Saint Laurent
Christ en croix
Christ en croix
Jean l'évangéliste
Jean l'évangéliste

...

Pierre tombale du chevalier Christophe de Boissy <br />décédé en 1652
Pierre tombale du chevalier Christophe de Boissy
décécé en 1652
Villecerf Eglise St Martin-coord
© OpenStreetMap
longitude = 3.090733
latitude = 48.388784
altitude = 58 m
créé le 20/05/2017
logo home

  •  
  •